La sainteté est une aventure : Ose-la !

La sainteté est une aventure : ose-là !
C’est par ces paroles que nous avons commencé notre séjour en Bourgogne, sur les traces des grands saints qui ont façonné le visage de la France : saint Bernard, sainte Marie-Madeleine et tant d’autres. Jonché d’aventures, d’imprévus, de défis à surmonter, ce séjour se voulait aussi être le creuset d’amitiés profondes et d’expériences marquantes. Car l’aventure de la sainteté est en tout point comparable aux aventures de cette vie. Lorsque le Christ nous exhorte : « Soyez parfait comme votre Père céleste est parfait », c’est pour nous donner une feuille de route. Cette route, malgré les contretemps et les obstacles rencontrés sur notre chemin, conserve son objectif final. Nous avons souhaité que les jeunes vivent une expérience humaine et spirituelle forte, dans l’effort, la persévérance, l’attention aux autres, surtout aux plus faibles, afin qu’ils puissent comprendre un peu mieux leur vie intérieure et leur vie spirituelle. La connaître c’est la mettre en valeur et le premier pas pour la cultiver.
Mot du Père François Garreau, Recteur

Extra omnes !

Du 4 au 9 mai derniers, les collégiens et lycéens, de la 6e à la 1re ont pris la clé des champs. Les beaux jours et les viaducs ont été le prétexte idéal pour faire l’école hors les murs. Grandir et s’épanouir ne passe pas uniquement par la salle de classe ! Il est bon, parfois, de savoir quitter le confort de son canapé et de partir à l’aventure. Grâce à la générosité de la famille de Madame Van Landeghem et de Monsieur et Madame Becker, les élèves ont pu vivre cinq jours en pleine nature bourguignonne.

À la suite des héros et des saints de cette région, ils ont appris les joies et les difficultés liées au dénuement et au rythme imposés par leurs professeurs (pas de lit, pas d’eau chaude et … pas d’électricité !). À pied ou en voiture, toujours sous un magnifique ciel bleu, ils ont découvert les hauts lieux du Morvan et de la Puisaye. Entre randonnées, baignades, détente sportive, les murs de Bazoches, Ancy-le-Franc, Vézelay, Noyers ou Guédelon ont livré l’histoire des bâtisseurs de la France.

Faisant contre mauvaise fortune bon cœur, les élèves ont relevé tous les défis proposés avec grâce et persévérance. Encadrés par les lycéens, les collégiens ont su mettre leurs efforts en commun pour faire de cette première édition un succès. Félicitations et remerciements leurs reviennent de droit pour les beaux moments qu’ils nous ont offerts.
Inès d’Ussel, Professeur d’histoire

Dans les pas de ces chrétiens qui ont façonnés notre histoire !

Don

L’expérience qui m’a marqué est la marche pour aller à Vézelay car on était tous en équipe et on restait soudés. Cette marche était non seulement pour nous rendre à Vézelay mais aussi pour recevoir Jésus dans la sainte communion.  C’est sûr que pour nous ce n’est pas toujours très motivant mais le geste est très beau, faire un effort pour Jésus est motivant !
Théodore,  élève de 6e.

Après une longue marche commencée à l’aube, nous arrivons à Vézelay pour la messe de 11h. C’est là que reposent les reliques de sainte Marie-Madeleine que nous avons vénérées dans la crypte édifiée à même la roche. C’était une des villes les plus visitées par les pèlerins du Moyen Âge. Pendant la messe animée par la communauté monastique de Jérusalem, il y a eu des traductions des lectures en allemand et italien, surtout pour les pèlerins en partance pour saint Jacques de Compostelle. Pendant la visite de la basilique nous avons découvert que plus on avançait vers le fond, plus on allait vers la lumière, vers Dieu !
Théophane, élève de 3e

Prière

Le lendemain de notre arrivée, nous avons assisté à la messe à l’abbaye de La-Pierre-qui-Vire. Cette abbaye construite au fond d’une petite vallée était un endroit très recueilli. Le chant des moines bénédictins nous a aidés à entrer dans la prière et le recueillement et donc à mieux vivre la messe. Nous l’avons vécue tous en communion les uns pour les autres et pour une seule intention. Malgré leur vie recueillie, à l’écart de la société et apparemment pas forcément amusante, les bénédictins portaient tous des visages heureux et lumineux. On aurait dit qu’ils attendaient une seule chose : recevoir le Christ !
Maxence, élève de 3e

Responsabilités

Le rôle du chef d’équipe lors de notre séjour en Bourgogne était, en théorie, d’une simplicité déconcertante mais, dans la pratique, il se révéla un peu plus compliqué que prévu. En effet, je me suis rapidement retrouvé dans le rôle de baby-sitter pour certains et dans celui de grand frère pour d’autres, ma devise étant la rigueur et la discipline ! Avoir à porter physiquement, spirituellement et psychologiquement des collégiens m’a aidé à mieux les connaître et à grandir dans ma tête. La plupart de mes équipiers m’étonnèrent positivement, notamment lors de la longue marche vers Vézelay.
Côme, élève de 1re

Amitiés

Pendant notre séjour nous étions organisés en équipes. Nous n’avons pas pu les connaître avant, c’était donc dur au départ. Mais grâce à cette équipe nous avons approfondi notre connaissance des lycéens que nous connaissions moins. Certes, parfois des moments ont été un peu plus difficiles, où la colère commençait à monter, mais il y a eu beaucoup de moments de joie, de patience et de bonheur.
Sébastien, élève de 3e