Éduquer à la responsabilité

Le sens de la responsabilité au Collège-Lycée de l’Immaculée Conception

P. François Garreau, LC, Recteur
Pour grandir humainement et spirituellement, il faut un espace de liberté. Mais attention : nous confondons trop souvent liberté de mouvement ou d’action avec liberté personnelle. L’espace de liberté va s’ouvrir dans la confiance que l’on donne à quelqu’un. Tel est le fin fond du sens de la responsabilité. Être responsable, c’est bien utiliser sa liberté sans trahir la confiance de l’autre. Être responsable, c’est s’impliquer totalement dans chacune de ses paroles et ses actions. À travers différents projets et différentes actions, nous essayons de laisser un espace toujours plus grand aux jeunes de l’école. Dans un cadre de liberté, nous sommes à même de les suivre et de les corriger.  Pour être responsable, il faut pouvoir et savoir se tromper correctement. Un chrétien qui ne se trompe jamais, ce n’est pas un chrétien, c’est un ange.
Un chrétien qui ne s’engage dans rien, ni dans sa vie spirituelle, ni dans la vie de l’Église, ni dans la vie du monde, c’est un chrétien mort. Je cite souvent à ce propos la lettre de saint Jacques (2, 26) : « Vous le constatez : l’homme devient juste à cause de ses actes, et pas seulement par sa foi. En effet, comme le corps qui ne respire plus est mort, la foi qui n’agit pas est morte. »

« Les formateurs sont là pour aider les jeunes à prendre goût à la responsabilité »

Fr. Jérôme Dejoie, Responsable des collégiens

 « Parler de responsabilité quand il s’agit d’enfants peut paraître une contradiction ou un paradoxe. L’enfant est justement innocent et irresponsable par définition. Mais, comme chacun sait, on ne passe pas de l’enfance à l’âge adulte du jour au lendemain et malheureusement trop nombreux sont les adultes qui peuvent être qualifiés d’irresponsables. Au collège-lycée de l’Immaculée Conception nous cherchons à donner aux adolescents cette vertu de la responsabilité. Comme tout ce qui se rapporte à l’éducation, cette vertu repose avant tout sur un sain équilibre. Un jeune adolescent compte avant tout sur ses parents pour prendre les décisions de sa vie. Cependant, petit à petit, le jeune doit sentir la confiance des adultes et sa propre capacité à faire des choix.
Un pensionnat donne un large éventail de possibilités en ce qui concerne la responsabilisation des adolescents. Chacun reçoit, par exemple, une partie de la propriété (salle de classe, chapelle, réfectoire, etc.) et il est responsable de la propreté et l’ordre. Certains le prennent très au sérieux et d’autres font le strict minimum. Les formateurs sont justement là pour aider les jeunes à prendre goût à la responsabilité et au travail bien fait. C’est avant tout un acte de charité pour les autres et c’est enrichissant à titre personnel. Pour les services à table un système de rotation d’équipes est mis en place avec un élève un peu plus âgé qui coordonne les plus jeunes.
Le plus difficile pour le formateur est de fournir ces différentes occasions car il y a toujours des échecs et il faut souvent repasser derrière. Les erreurs sont corrigées, la confiance à nouveau donnée et le processus recommence, car c’est sans surprise que c’est en forgeant que l’on devient forgeron. »